La circoncision à Madagascar

La première sortie publique du bébé s'effectue une huitaine de jours après sa naissance, qui ne possède pas encore de nom. Après trois à cinq mois, un premier rituel consiste à effectuer la première coupe de cheveux aux enfants, qu'on appele "ala volon-jaza" littéralement enlèvement de cheveux autour d'un grand repas. Les filles sont alors pleinement intégrées à l'humanité mais les garçons doivent être circoncis pour cela. À Madagascar, tous les garçons doivent passer par cette tradition pour être réellement considérés comme des hommes (appartenant au « genre masculin ») ! Dans certaines ethnies de la Grande Ile, les non-circoncis ne pourront pas être enterrés dans le tombeau familial (fasan-drazana). La circoncision reste une tradition très ancrée dans la société malgache, mais elle tend à devenir de plus en plus moderne !

En Imerina, dans la région des Hautes Terres, la circoncision (didimpoitra, famorana ou hasoavana en malgache) est pratiquée chez les garçons âgés d’environ 3 ans. Elle se déroule toujours durant l’hiver malgache, entre mai et août, car le froid cicatrise rapidement les blessures. Originellement, elle ne pouvait être pratiquée sans l’aval et les prescriptions d’un mpanandro (sorte de devin-chamane), car la date doit être choisie en fonction du andro nahavelomana (jour de naissance) du jeune garçon.

Les rites traditionnels se maintiennent dans les campagnes, tandis que dans les grandes villes, tout est simplifié et arrangé pour convenir au mieux au garçon et aux parents. C'est une tradition très intéressante à découvrir durant votre voyage à Madagascar.